Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Notre-Dame de la Lys
Paroisse Notre-Dame du PartageHalluin, Bousbecque et Linselles
menu

Eglise Saint Hilaire

 

La première église d’Halluin date de 1101 ou 1105, elle était située dans ce qui sera le quartier des « Baraques » à Menin (Belgique) ; les anciennes fondations de cet édifice furent mise à jour au moment de la construction de la chaussée de Menin-Mouscron. Elle était très belle avec de nombreuses chapelles et des mausolées des seigneurs d’Halluin.

L'église Saint-Hilaire construite en brique dans le style "néo-gothique" est le troisième édifice bâti sur le site actuel.

La première pierre fut posée le 3 avril 1856. Inaugurée en 1857, elle fut terminée en 1863. Voulue par Monsieur le curé Pierre-François Bliecq, Charles Leroy, architecte, en fit les plans.

Longue de 61 mètres, large de 27,30 mètres, son clocher a une section carrée de 5 mètres de côté et la hauteur de la tour avec la flèche serait de 69 mètres.

 

Intérieur de l'église Saint-Hilaire

La nef principale longue de 39 mètres comprenait une double rangée de chaises produites à Halluin et qui, pour une bonne part, portaient le nom de leur utilisateur attitré. Le choeur, avec son autel de marbre blanc et ses stalles réalisées par la chaiserie Levecque, est éclairée par des vitraux évoquant le dogme de l'Immaculée Conception.

Saint Hilaire, né en Aquitaine vers l'an 303, fut un des derniers Gaulois à se donner au Christ.

Evêque de Poitiers en l'an 340, il ne veut pas nier que Jésus-Christ soit réellement fils de Dieu. Il est exilé en 356. En Orient, il lutte pour sa foi et les Ariens qui le craignent le font renvoyer en Gaule. Il y décède dans son évêché en 367.

Eglise Saint-Hilaire d'Halluin, au centenaire de l'édifice. En savoir +

Les vitraux de l'église St Hilaire -

Les peintures de l'église

L'orgue

 

LES VITRAUX DE L'EGLISE

Le mot du peintre

Un rêve

Avez-vous parfois eu l'impression de naviguer sur un de vos rêves, et que vous ne vouliez pas vous réveiller, tellement le songe était beau ?

Et bien, concernant la réalisation des vitraux de Saint Hilaire que la mairie a bien voulu me confier, l'approche, l'évolution de mois en mois et l'aboutissement de ce projet, je vis un rêve éveillé chaque jour qui passe, sans jamais avoir eu la crainte sur la création ou l'émotion que je voulais transmettre en ces murs sacrés.

Comme je l'ai dit à une personne que j'estime, j'étais prêt à partir, mon impatience aux voiles déployées... j'attendais le vent...

Maintenant, il souffle dans le bon sens, je pense (enfin j'espère) que les gens ressentent la lumière et l'émotion, c'est mon principal désir, atteindre le cœur et ensuite les lieux.

Alexandra GIES et ses deux collègues, maîtres-verriers, ont su retransmettre avec justesse tous mes sentiments, un grand merci.

J'espère que ces vitraux vous guideront dans vos prières.

Christian CHIBOUT, artiste-peintre

Sur la nef droite


La création du monde (Genèse 1/1) .

 

 

 

 

Ce vitrail représente la naissance de l'univers symbolisé par des rondes le big bang et l'explosion représentés par des droites qui semblent sortir au-delà des limites. Des rouges très prononcés, au centre, et adoucis ensuite, représentent la fusion de cette création.


 

 

 

 

La Nuit et le jour

(Genèse 1/3 à 5, jour et nuit et 1/14, soleil lune, étoile)

 

 

 

 

La nuit est représentée par des couleurs très bleues, l'endormissement de tout. Le jour donne de la vie aux couleurs et à la vie tout simplement. De la même manière que le ying et le yang.

 

 

 

 

 

 

La création du ciel et de la mer

(Genèse 1/3,7 et 10)

 

 

 

 

"Que la lumière soit." Tous les reflets naturels et les couleurs sont représentés en patchwork. Les mouvements sont décomposés par des courbes et des droites.

 

 

 

 

 

 

La création de la végétation

 (Genèse 1/11 à 13)

 

 

 

 

 

Des verts de différentes intensités symbolisent la décomposition des couleurs végétales.

Les rouges et oranges symbolisent les fruits. Le mouvement oblique qui traverse est synonyme de vie

 

 

 

 

 

La création du monde volant et marin

(Genèse 1/20 à 22)

 

 

 

 

Des mouvements d'ailes dans le ciel forment un patchwork.

Un fond marin acceptant la diversité de ce monde est représenté par de nombreuses couleurs utilisées

 

 

 

 

 

 

La création des animaux

(Genèse 1/24)

 

 

 

 

 

Les couleurs cerclées de plomb ont la forme discrète de quelques animaux sauvages et domestiques, comme autant de créatures magnifiques de notre terre.

 

 

 

 

 

La création de l'homme

(Genèse 1/27)

 

 

 

 

Ce vitrail représente le créateur poursuivant son œuvre, accomplissant d'un geste, l'être humain, du haut de sa lumière.

 

 

 

 

 

 

 

La récompense de la terre

(Génèse 1/29)

 

 

 

Ce vitrail montre la terre offrant la nourriture naturelle, afin de poursuivre le cycle.

 
 
 
 
 

 

 

 

Sur la nef gauche

 

L'eau du baptême

(Jean 4 / 13)

 

 

Ce vitrail montre la Samaritaine

 

 

 
 
 
 
 

La Paix

(Luc 24/36)

 
 
 

Ce vitrail montre une valeur universelle symbolisée par une multitude de colombes.

 
 
 
 
 

La ronde des enfants

(Genèse 12 / 2, appel d'Abraham)

 
 
 

"Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai".

Ce vitrail rassemble des femmes et des hommes de demain, pour rappeler qu'il faut protéger ces valeurs

 
 
 

 

L'art et la culture

(Psaume 150, musique)

 

 

 

Depuis la nuit des temps, ces deux enseignements accompagnent

 
 
 
 
 
 

Mélange des peuples et des cultures

(Apocalypse 7)

 
 
 
 

Ce vitrail montre que nous sommes tous citoyens du monde

 
 
 
 

Le renouveau perpétuel

(Apocalypse 21 / 5 et 6)

 
 
 

"Je suis l'Alpha et l'Omega".

Est représenté sur ce vitrail le temps qui passe, qui meurt et qui renaît, comme pour symboliser les quatre saisons.

 
 
 
 

La famille

(Psaume 128)

 
 
 

L'équilibre familial, l'amour maternel et paternel sont le point de départ de la vie.

 
 

 

 

 

 

Le feu de la Pentecôte

(Actes 2 / 3)

 

 
 

Ce vitrail montre le feu, la vie, la chaleur.

 
 
 
 
 
 
 
Les peintures de l'église

Chapelle Notre Dame de Rosaire

 

A Muret, près de Toulouse, le 12 septembre 1213, 800 chevaliers catholiques, appelés par le pape Innocent III, se trouvent en face de 34.000 ennemis cathares.

St Dominque, fait prier le Rosaire dans l'église de Muret, par le clergé et le peuple, et il obtient la victoire contre les hérétiques.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant la bataille de Lépante (près du golfe de Corinthe), le pape Pie ordonne un jeûne et la prière publique du Rosaire.

Les 213 galères espagnoles et vénitiennes emportent la victoire contre quelques 300 vaisseaux turcs. 

100.000 hommes, environ, combattent dans chaque camp

>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

 

 

 

 

 

 

Dation du Rosaire à St Dominique.

Au terme de 3 jours de prières, il aurait reçu le Rosaire comme miyen de convertir les populations du pays toulousain adeptes du dualisme cathare.

Le chien, devant lui, représente les Prêcheurs, il porte dan sa gueule une flamme pour signifier l'ardeur de la charité et la lumière de vérité qui sont la raison d'être de la vie des prêcheurs.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

 

 

 

La Rochelle était la capitale des calvinistes, hérétiques et rebelles au royaume de France.

Louis XIII fit 2 voeux pour obtenir la protection divine et mariale, et il envoya son ministre, le Cardinal de Richelieu, faire le siège de la ville afin d'obtenir la rédition des protestants alliés à l'Angleterre.

Il y eu une grande famine, avec des milliers de morts, et les clés de la ville sont remises à Richelieu.

Louis XIII tint sa promesse, et fit construire l'église N.D des Victoires et instaura la procession annuelle du 15 Août

>>>>>>>>>>>>>>>>

 

 

 

 

L'orgue

 

L’instrument a été réalise par l'atelier de Charles Anneessens à Halluin

L'orgue d'Halluin est installé sur une tribune à 8 mètres du sol et à 9 mètres sous la voûte. Il se composait de trois buffets et d'une console séparée. (Maintenant, deux buffets depuis la restauration par la maison Delmotte de Tournai)

Initialement les buffets étaient au nombre de trois et se répartissaient comme suit : quand on se trouvait en bas dans l'église, face à l'orgue, sur la gauche se situe : le Grand Orgue, sur la droite le Récit et sous celui-ci, derrière les boiseries du soubassement, le positif. Et dans le prolongement du positif, le buffet du pédalier. Sous la rosace se positionnait le soufflet primaire, poumon de l'instrument.

Association des Amis de l'Orgue de St Hilaire-- Cliquez ici