Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Notre-Dame de la Lys
Paroisse Notre-Dame du PartageHalluin, Bousbecque et Linselles
menu

MEILLEURS VOEUX

Chaque nouvelle année est l’occasion d’échanger des vœux de bonheur et de santé. Vous avez été très nombreux à me présenter les vôtres et je vous en remercie. Je voudrais, à mon tour vous retourner la pareille, mais en élargissant ma pensée à nos deux communautés paroissiales. Je vous souhaite à tous le bonheur et la santé, mais je formule plus spécialement le vœu que nos paroisses Notre Dame du Partage et Notre Dame de la Lys soient des paroisses en bonne santé !


Qu’est-ce qu’une paroisse en bonne santé ? 

La santé d’une paroisse repose avant tout sur son engagement à vivre les cinq « essentiels » de la première communauté chrétienne tels qu’ils sont présentés dans le livre des Actes des Apôtres (Ac 2, 42) : fidélité à la prière, à la Parole de Dieu, à la vie fraternelle, au service, à la vie missionnaire. 

Pour 2018, je vous partage mon rêve pour nos paroisses qui est aussi une prière. La santé spirituelle doit aussi se voir et donner envie à d’autres d’y goûter.

Aussi, je rêve cette année de 2 paroisses où chacun se sentirait accueilli de manière unique, dans laquelle les nouveaux arrivés pourraient nouer de véritables relations d’amitié dans de petites fraternités. 

Je rêve de 2 paroisses où chacun pourrait découvrir et déployer ses talents personnels en se mettant au service des autres.

Je rêve de 2 paroisses où les pauvres, les personnes accablées, les personnes découragées pourraient être secourues et soulagées. 

Je rêve de 2 paroisses où la foi serait célébrée dans de belles liturgies enthousiasmantes, où chaque membre pourrait faire une rencontre personnelle avec le Christ et être renouvelé dans le Saint Esprit. 

Je rêve de 2 paroisses dont les membres sentent qu’ils appartiennent à une communauté comme à une famille qu’ils soutiennent matériellement et spirituellement. 

Je rêve de 2 paroisses où chacun accepterait de se laisser transformer pour devenir un « disciple missionnaire », où le curé lui-même, se laisserait convertir pour conduire ses brebis sur le chemin de la sainteté. 

Peut-être faudra-t-il plus d’une année pour en arriver à ce résultat ? Qu’importe. L’essentiel est de savoir où nous allons. 

Et puisque c’est l’Esprit Saint qui m’a donné ce rêve pour nos paroisses, croyons qu’il nous donnera aussi la force de l’accomplir. 

Bonne et Sainte année. 
Fraternellement

Abbé Jean-Marie ATMEARE
curé des paroisses N.D du Partage et N.D de la Lys